Pétition: pas d'agrocarburants qui engendrent la pénurie alimentaire et la destruction de l'environnement

La pétition demande l'introduction de critères de sélection qui permettent d'exclure toute culture problématique d'un point de vue social et écologique. La question de la souveraineté alimentaire dans les pays producteurs doit être l'un de ces critères. Conjointement à 32 autres organisations, les Eglises réformées Berne-Jura-Soleure soutiennent cette pétition et la récolte de signatures.

Télécharger ici le texte de la pétition

Souveraineté alimentaire

Pétition: non aux agrocarburants qui engendrent la pénurie alimentaire et la destruction de l'environnement. La pétition demande l'introduction de critères de sélection qui permettent d'exclure toute culture problématique d'un point de vue social et écologique. La question de la souveraineté alimentaire dans les pays producteurs doit être l'un de ces critères. Conjointement à 32 autres organisations, les Eglises réformées Berne-Jura-Soleure soutiennent cette pétition et la récolte de signatures.

Télécharger ici le texte de la pétition


Ses partisans présentent la souveraineté alimentaire comme le droit des peuples et des Etats (ou groupes d’Etats) à définir eux-mêmes leur politique agricole et alimentaire. Cette notion a été lancée lors du Sommet mondial de l'Alimentation en 1996 par Via Campesina, un mouvement international de petits paysans et de travailleurs agricoles. Il s’agit d’un concept politique, et non technique ou scientifique.
Le modèle prôné par Via Campesina est celui d’une petite paysannerie qui produit selon des critères de durabilité, essentiellement de la nourriture et pour la population locale. Il donne la priorité à l’autosuffisance et au commerce local et régional plutôt qu’aux exportations et au commerce mondial.
Cette action se justifie par le constat – paradoxal – que, partout dans le monde, la faim et la sous-alimentation touchent d’abord les populations rurales. En effet, deux tiers des personnes qui souffrent de malnutrition vivent dans des zones agricoles. Or, ces régions ne sont guère prises en compte par les institutions internationales, comme la Banque mondiale, ou par l’aide publique au développement. Et pourtant, à l’échelle de la terre, la plus grande partie des aliments est produite par les petits paysans, les petits pêcheurs, les bergers – qui sont un milliard environ en tout. C’est pourquoi, pour s’inscrire dans la durabilité, tout programme mondial de sécurité alimentaire doit s’adresser en particulier à ces petits producteurs.
La notion de souveraineté alimentaire implique des réformes agraires, le respect des droits des paysans et des travailleurs agricoles, le refus des techniques de génie génétique dans l’agriculture, la protection des petits paysans contre les importations à bas prix (dumping) et la justice sociale. Elle est souvent résumée par la devise «pain, terre et liberté».
Le concept opposé mise sur l’intégration au commerce mondial, sur la croissance économique et sur la force des marchés pour lutter contre la pauvreté et considère comme «rétrograde» l’approche de la souveraineté alimentaire.
Représentants de ce mouvement
Quantité d’organisations non gouvernementales comptent parmi les défenseurs de la souveraineté alimentaire: Via Campesina, le mouvement brésilien des sans-terre MST, le MIJARC (le mouvement international de la jeunesse agricole et rurale catholique) ou l’organisation des droits de l’homme FIAN qui défend le droit à l’alimentation. L’activiste indienne Vandana Shiva compte parmi les chefs de file qui luttent pour la souveraineté alimentaire. Le Venezuela, le Népal et le Sénégal ont inscrit ce concept dans leur constitution, le Mali et la Bolivie prévoient d’en faire de même.


Forum mondial sur la souveraineté alimentaire 2007
Le premier Forum mondial sur la souveraineté alimentaire a eu lieu au Mali du 23 au 27 février 2007. Selon le comité d’organisation, les plus de 500 participants venus de 80 pays offraient une représentation équilibrée des différents continents et groupes d’intérêts. Réunis le 27 février à Nyéléni, un village construit pour le Forum, ils ont adopté la Déclaration de Nyéléni.


Eglises réformées Berne-Jura-Soleure

Altenbergstrasse 66
Case postal
3000 Berne 22
Téléphon 031 340 24 24
E-Mail

Les idées directrices
Autres documents