Quelques mots en chemin


«Et le Verbe s’est fait chair. 
Et il a planté sa tente parmi nous.» Jean 1,14

La plupart d’entre nous connaît cette parole tirée du prologue de l’Evangile de Jean, toutefois dans la traduction «Et le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous». Le mot qui a été traduit par «habiter» signifie littéralement dans le texte original grec «planter sa tente».

La traduction littérale me plaît beaucoup. Elle porte le mouvement en elle. Il me vient à l’esprit le peuple de Dieu nomade de l’Ancien Testament. Dieu libère son peuple de l’esclavage en Egypte. Les Hébreux se mettent en marche et traversent le désert en route vers la Terre promise. Dieu marche avec eux. Plus tard, ils bâtissent le sanctuaire, une tente, dans laquelle les tables renfermant les Dix Commandements doivent être conservées, pour ainsi dire un sanctuaire itinérant. 

L’Eglise est en mouvement. Son histoire est jalonnée de déplacements et de départs et les réformateurs ont reconnu qu’à l’écoute de la Parole divine, l’Eglise devait toujours se réformer. Les changements et les départs déstabilisent, effraient. C’est la raison pour laquelle nombreux sont celles et ceux qui veulent que tout reste inchangé. Il est essentiel d’être ouvert, de se laisser mettre en mouvement. C’est ainsi que le formule également la Vision de notre Eglise: «Animés par Dieu. Engagés pour les humains». Lorsque nous démontons la tente de de nos habitudes et prenons un nouveau départ, nous pouvons le faire confiants que Jésus-Christ, le fils de Dieu fait homme, lèvera aussi le camp pour avancer avec nous, partout où le chemin nous mènera guidés par les promesses bibliques.


Ueli Burkhalter