PositionsAnciens «points de vue»Droit de vote des étrangers

"Renforcer la confiance mutuelle en accordant le droit de vote aux étrangers au niveau communal»

Point de vue du Conseil synodal à l’occasion de la votation cantonale sur l’initiative «vivre ensemble – voter ensemble» du 26 septembre 2010

Conjointement aux communautés juives dans le canton de Berne, le Conseil synodal s’est plusieurs fois exprimé ces dernières années en faveur du droit de vote aux étrangers. Il confirme ici sa position et approuve le contenu de l’initiative «vivre ensemble – voter ensemble». Les communes doivent avoir elles-mêmes la possibilité d’introduire le droit de vote aux étrangers au niveau communal.
Les Eglises nationales du canton de Berne et les communautés juives ont introduit le droit de vote et le droit d’éligibilité pour les étrangères et les étrangers depuis longtemps et ne peuvent que s'en réjouir. L’engagement des membres de l’Eglise d’origine étrangère représente dans la vie de l’Eglise un enrichissement et un potentiel précieux. La marche de l’Eglise n’en a pas été pour autant bouleversée. Les craintes du début se sont rapidement apaisées. Les communes d’habitants, qui vont introduire le droit de vote pour les étrangers, ne peuvent que faire les mêmes expériences positives.
Les paroisses s’engagent des manières les plus diverses dans des projets d’intégration. Les rencontres entre résidents et populations nouvelles sont essentielles. C’est par le dialogue et l’action conjointe que la participation est exercée et que les préjugés, méfiances et peurs réciproques s'effacent.
Les étrangères et étrangers ont de nombreuses raisons de ne pas vouloir demander une naturalisation, même après un long séjour en Suisse. Ces personnes vivent et travaillent ici. Pour le Conseil synodal, l’intégration et l’exercice conjoint des responsabilités dans la vie publique ne peuvent s'exercer qu'à la condition que les populations de souche et les populations nouvelles soient impliquées dans la prise de décision. Il estime donc important que l’ensemble des composantes de la population dans les communes, qu’elles soient de souche ou d’origine étrangère, puissent ensemble, dans un cadre bien circonscrit, s’investir dans la vie publique et renforcer la confiance et la cohésion sociale.

Référent au sein du Conseil synodal: Pia Grossholz-Fahrni

Autres liens
Message du Grand conseil du canton de Berne


 

 
Design & Technology by YOUHEY Communication AG, Burgdorf, Switzerland.